C'est la Saint Valentin!

J'ai ouvert les yeux ce matin, mon amoureux a ouvert les siens et m'a dit: "bonne fête ma douce". C'est la Saint Valentin, la fête des amoureux...

J'ai toujours été contre...contre la Saint Valentin, contre le mariage, contre la soirée du Nouvel An, contre la guerre, contre ceci et contre cela..."C'est du marketing", "je veux être libre, je fais ce que je veux, nah!", "quelle idée de fêter l'amour un jour par an, et le reste de l'année alors?", "je ne veux pas être un mouton, je suis originale moi!"...et blablabla!

Aujourd'hui j'ai décidé de ne plus être contre. J'ai décidé d'être pour. Pour l'amour, pour la banalité, pour les moutons! J'ai décidé de plonger dans l'amour que j'ai pour mon homme, d'oser le crier haut et fort sans avoir l'impression d'être plus faible, moins autonome, plus fragile et vulnérable parce que j'aime! J'aime mon homme comme je n'ai jamais osé aimer. Sans lui, je ne serais pas la femme que je suis aujourd'hui. Sans lui, je n'aurai jamais oser imaginer avoir la vie que j'ai aujourd'hui. J'aime me sentir petite dans ses bras. J'aime me sentir grande dans ses yeux. J'aime, finalement, sentir que la vie à ses côtés est ma vie rêvée! Parce qu'il est mon homme rêvé! Parce que je suis la femme rêvée...celle que je veux être, celle que je suis au jour le jour. Changeante, formidable et parfois minable, enfant et femme, douce et intransigeante, enfermée et libre! Une véritable grand-mère-avec-ses-principes-à-la-con et une véritable pionnière-moi-j-ose-etre-moi-et-je-vais-revolutionner-le-monde.

Quand j'étais petite, je me souviens parler d'amour tout le temps. A mon journal intime, aux arbres, aux vaches, à mes voisins. Ensuite, à l'adolescence, la rebelle en moi a pris toute la place; "l'amour c'est pour les bisounours, c'est pour les faibles, ça n'existe pas". J'ai cru avoir acquis une sorte de lucidité qui me disait que tout était faux. En l'écrivant, je dois bien admettre que je suis encore un peu cette adolescente...

Je n'ai jamais osé exprimer mon amour par peur qu'il fasse de moi une femme faible, soumise, dépendante, toute petite. Aujourd'hui je suis cette femme aussi. Elle est en mon sein. Elle a besoin d'être soutenue, consolée, enveloppée par quelque chose de plus grand...parce qu'être forte contre vents et marées est épuisant. Et puis finalement, parce que c'est un mensonge. Je ne suis pas cette femme infaillible. La femme fragile que je suis devenue est plus forte que jamais. Tout ce que je donne à mon homme ne peut m'être pris. 

C'est vrai que du coup, je lui donne les clefs de mon cœur...et le couteau qui va avec! Il sait où l'enfoncer, il sait m'aimer autant que me détruire. Mais ce sentiment n'est pas réel...c'est une peur. Une peur que je n'ai plus. Que ce soit lui, ou ma vie en générale, elle n'est que le simple reflet de mon regard. J'aurai toujours la liberté d'interprétation de ce qui m'arrive. Je suis la seule à voir la vie, mon homme, mes enfants, mes parents, comme je les vois. Et personne n'aura ce regard...il est moi.

Finalement, je me fête aujourd'hui...je m'aime pour ce que je suis, plus pour ce que je crois être. Et cette dose d'amour pour moi, ça se fête! J'ai compris qu'aimer était plus fort que la peur. Et je crie haut et fort cet amour...

Alors si je le crie aujourd'hui...c'est pour vous dire, si je peux me permettre, d'aimer plus grand, plus haut, plus fort. Chaque goutte d'amour versé pour l'autre, est de l'amour pour votre humanité. Chaque fil que vous oserez tendre vers l'autre, est un fil qui nous relie tous. Chaque émotion, chaque honte, chaque trésor intime que l'on donne est une pépite d'amour. L'amour est quotidien, dans chaque geste, dans chaque routine, dans l'haleine du matin, dans le silence d'une caresse avec les yeux, dans la déraison, dans le sursaut du ventre, dans nos doutes et nos peines partagés. C'est un sentiment...ce n'est pas réel. Il n'y a pas de code, de charte, de manière d'être qui prouve l'amour. Il est plus silencieux qu'on ne le croit d'ailleurs...

La Saint Valentin me rappelle alors que je ne fête pas que l'amour que j'ai pour l'autre, mon homme. C'est l'amour que j'ai pour la petite Vanessa, pour les humains faillibles et peureux que nous sommes. C'est fêter le fil qui nous relie tous...

C'est aussi me rappeler: de sourire plus souvent aux inconnus, de marcher encore plus souvent pieds nus, de sentir l'odeur des fleurs, de manger en goûtant chaque saveur,  de prendre du plaisir dans les plus petits geste du quotidien, d'accepter de me laisser chatouiller, de prendre chaque rencontre à bras grands ouverts, et surtout, de rire plus souvent de moi. 

Alors, aujourd'hui, j'ai décidé de crier haut et fort, que je crois en l'amour, en la paix et en l'humanité. Finalement, je crois en la vie que nous sommes! Alors vivons avec intensité! Rêvons comme si tout était possible...

Et vous savez quoi...je vais même me marier! Alors pour ceux qui me connaissent, oui j'ai perdu mon pari, celui de rester libre et autonome, celui de ne pas me laisser aller dans cette fausse illusion que peut être l'amour. J'ai perdu...et c'est vraiment bon de perdre!

IMG_1739.JPG
IMG_2665.JPG
vanessa poncelet4 Comments